Rechercher

Des escrocs de QNet arrêtés au Libéria pour trafic des êtres humains



Des affiliés de QNet recrutant de nouvelles victimes via la traite des êtres humains ont été arrêtés au Libéria.


Le Liberian Observer rapporte que les escrocs de QNet au Libéria ont attiré une jeune victime de la Sierra Leone voisine.


Alusine Konteh a été dupée de 900 $, sur la promesse d'un emploi pour QNet en Malaisie.


Au lieu de cela, il a été détenu contre son gré jusqu'à ce que la police arrête ses trafiquants.


Les arrestations faisaient partie d'une enquête plus large de QNet au Libéria, lancée à la suite de plaintes d'autres victimes du groupe.


Il y a quelques mois, Abu Kamara, un autre escroc de QNet, a été arrêté après qu'une enquête a révélé qu'il avait a fait le trafic de 15 enfants et jeunes adultes de la Guinée voisine, de la Sierra Leone, du Mali, de la Malaisie et de la Côte d'Ivoire.


Kamara a volé 13 650 $ à ses victimes avant d'être arrêté et inculpé.


Les escrocs de QNet au Ghana enlèvent et trafiquent des victimes depuis des années. Malgré de multiples arrestations, la pratique reste répandue.

QNet bénéficie de la protection du gouvernement au Ghana et ferme donc les yeux tant que l'argent entre dans l'entreprise.


QNet n'a pas une telle protection au Libéria, ce qui a incité l'entreprise à se pencher sur la façon dont les victimes sont recrutées.


QNET condamne l'extorsion d'argent et tolère les rassemblements illégaux ou les mouvements massifs de personnes à travers les frontières pour se livrer à ses activités.


Avec l'utilisation d'un appareil électronique tel qu'un téléphone portable ou un ordinateur, n'importe qui peut faire des affaires avec QNET sans se rendre dans aucun pays. QNet est un système pyramidal géré par Vijay Eswaran (sur cette image) en Malaisie.



Vraisemblablement en raison du peu ou de l'absence d'activité de recrutement localement, les autorités malaisiennes n'ont pris aucune mesure contre QNet ou Eswaran.


En avril dernier, des citoyens libériens ont adressé une pétition au gouvernement pour déclarer QNet une entreprise illégale. Jusqu'à présent, le gouvernement n'a pas agi.


Entre-temps, la police libérienne a assuré qu'elle avait l'intention de « réserver toute personne prise dans une activité douteuse » liée à QNet.


Alexa classe actuellement les principales sources de trafic vers le site Web de QNet en Inde (14 %), au Pakistan (5 %) et au Sri Lanka (5 %).


SOURCE

298 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout